Association de Sauvegarde du

CHATEAU DE GAVRAY

LE BATIMENT EST

 
 

La fouille a mis au jour les bases d’un bâtiment rectangulaire (d’au moins 11m x 6m) dont on ne voit plus aujourd’hui qu’une très faible partie. Séparé du donjon par un étroit passage en partie dallé, les murs qui le délimitent sont étroits (0,60m) et conservés sur une très faible hauteur (0,30m). Ils sont posés sur des couches d’argile et de mortier sans fondations. Le mur nord était étayé, à l’extérieur par un glacis d’argile. L’intérieur du bâtiment semblait empierré. La faible épaisseur des murs, leur construction médiocre, l’absence de fondations, laissent supposer qu’ils supportaient des planches ou du torchis.

 

Ce bâtiment reposait sur une couche d’argile jaune, très dure, pratiquement vierge, contenant par endroits, des fragments d’enduit mural.
Cette couche d’argile masquait la surface de travail de maçons contemporains de la construction du donjon.

 

La céramique découverte est, en grande majorité, du grès. Il y avait aussi beaucoup de tessons vernissés à glaçure vert : réchaud à braise, lèchefrite, plats, tous objets fréquemment utilisés à la fin du XVe et au XVIe siècle.

 

A la base du donjon, de grosses pierres bien appareillées, puis, parallèle au mur est du donjon, un passage dallé de 85 cm de largeur. Sur ces dalles, reposaient de grands morceaux de tuiles. au delà de ce passage dallé un mur de 63 cm d'épaisseur, parallèle au mur est du donjon mais le débordant au nord.

La partie supérieure du mur d’enceinte, à 4 m de la base, n’est plus large que de 1 m alors que sa base en fait 2, ménageant un passage large de 1 m le long du mur sud du donjon.
Dans ce passage, ont été observés un amas de pierres irrégulières, qui pourraient être les traces d’un état antérieur du mur d’enceinte.
Le mur du donjon, bien appareillé dans toute sa partie apparente, paraît collé au mur d’enceinte.

 
Le mur d'enceinte, derrière le donjon. Vue de profil

En l’état actuel des recherches et des observations, on peut avancer l’hypothèse suivante :

* le mur d’enceinte, large de 2 m environ et apparemment solidaire de la tour ronde, a été détruit partiellement en même temps que celle-ci,

* le parement extérieur a été refait, à l’emplacement de la tour et à l’est de celle-ci (derrière le donjon) : il s’agit en fait de la même construction. Dans sa partie supérieure, le mur n’a été reconstruit que sur une épaisseur de 1 m. On pourrait penser qu’il s’agit d’une mesure d’économie, mais les murs du donjon, en arrière du mur d’enceinte, ont 4 m d’épaisseur.

Peut-être s’agit-il d’un chemin de ronde ? Le mur d’enceinte serait alors conservé sur presque toute sa hauteur. On peut supposer qu’un mur peu élevé pouvait exister à cet endroit car la pente très abrupte de la colline devait rendre quasi-impossible un assaut de ce côté.
Le donjon carré aurait été construit à peu près dans le même temps. Il aurait été appuyé à la face interne du mur d’enceinte.
Ont été mis à jour : une clef, des clous, des tuiles et quelques tessons.

Précédent