Association de Sauvegarde du

CHATEAU DE GAVRAY

ENTRE FRANÇAIS ET ANGLAIS

Le château subit, jusqu'en 1450, les vicissitudes de la guerre de Cent Ans, toujours au coeur du conflit entre Français et Anglais.


Charles V a repris en main toutes les places du Cotentin, à l'exception de Cherbourg. Pendant des mois, Du Guesclin essaie de reprendre la ville, mais en vain et le roi décide alors de procéder au "grand vuidement du Cotentin" : tout le nord de la presqu'île devient, pendant près de 15 ans, un désert. C'est une période de grande misère et l'on peut imaginer la vie difficile à Gavray, au pied du château ruiné, avec toute cette population venue du nord et les bandes de pillards qui saccagent le peu qui a été préservé.


La guerre civile se déchaîne en France autour du roi Charles VI, dont la santé mentale se dégrade. Les Anglais font de fréquentes incursions dans la région ; ce ne sont que pillages et incendies.


En 1415, les choses sont encore plus graves pour la France : la chevalerie française est écrasée à Azincourt, le 25 octobre. Deux ans plus tard, les Anglais commencent une véritable guerre de conquête en Normandie : Caen d'abord, où le roi d'Angleterre établit son quartier général, puis Bayeux, Argentan, Alençon, Falaise, Vire. Dans le Cotentin, on voit tomber, au mois de mars 1418, Saint-Lô, Carentan, Saint-Sauveur-le-Vicomte, Hambye, Coutances...

Seuls, Cherbourg dans un premier temps, et le Mont St-Michel définitivement, résistent.

Trois monnaies découvertes lors des fouilles illustrent bien la lutte entre la France et l'Angleterre, au coeur de laquelle se trouve le château de Gavray. Emises en 1421 et 1423, deux sont anglaises et une française. Seules deux d'entre elles ont pu être reproduites.
 
«Demi-niquet» ou «demi-léopard» de Henri V (1421). Henri V est le héros de la pièce de Shakespeare, le vainqueur d'Azincourt.
Après avoir conquis la Normandie, il se fit désigner comme régent et héritier du royaume de France, au détriment de Charles VI, devenu fou, et de son fils Charles VII, qui mènera la reconquête de la France
Denier tournois dit «petit-niquet» de Charles VI, «le roi fou» (1421 France).
avers revers
Denier tournois de Henri VI, successeur de Henri V (1423 Angleterre)
avers revers

C'est, pour le château, à partir de 1418, la période de plus grande activité militaire puisque, occupé par les Anglais, il se trouve en position de frontière face aux Français ; on y concentre de nombreux hommes d'armes et les comptes font état d'allées et venues incessantes dans la forteresse.
La double démolition explique la facilité avec laquelle les anglais prirent le château jadis si fort en 1418.
La période troublée les incita rapidement à entreprendre la restauration de la forteresse de Gavray, dont l’antique renommée était encore vivante parmi eux. Les travaux furent poursuivis avec activité sous la conduite de Thomas Scales qui y dépensa des sommes considérables dont le détail figure pour partie aux Rôles de l’Echiquier de Normandie, la forteresse fut rapidement en état de soutenir un siège. Le sire de Trolopp commandait le château à la tête d’une forte garnison dès 1420.
Après la mort de Jeanne d’Arc en 1431, la domination anglaise fléchit de toutes parts. Les Anglais de Normandie sentent grandir l’hostilité dont ils étaient l’objet, avaient recours à des mesures qui les faisaient haïr davantage. « Le sire de Cantepie, souleva cinquante mille mécontents, qui se distinguaient en portant une croix blanche sur leurs vêtements. Après avoir remporté quelques avantages, ils furent exterminés par le comte d’Arundel, redouté par sa cruauté ».
Le roi de France, Charles VII le Victorieux, réorganise ses forces et les finances du royaume avec l’aide d’Arthur de Richemont, connétable de France, de Jean d’Orléans, comte de Dunois et Mortain et de Jacques Cœur. Les bandes de mercenaires et les levées ponctuelles de chevaliers sont remplacées par des troupes permanentes. La reconquête commence.
En 1437, le château de Saint Denis le Gast repris aux Anglais est à nouveau leur possession grâce au comte d’Arundel, qui battît les Français à Champrepus, puis rasé ainsi que le château de Saint Pierre Langers et le fort de Granville.
En 1443, le comte de Sommerset débarque à Cherbourg à la tête de huit mille hommes. Une armée française commandée par Arthur de Richemont pénètre en Basse Normandie où partout le peuple se soulève contre les Anglais.
La forteresse de Gavray est fortifiée en 1439, sur l'ordre de Lord Scales, sénéchal de Normandie, et un nouveau donjon est construit en 1444 : il s'agit du massif bâtiment carré dont on voit aujourd'hui la base et que la fouille a permis d'identifier.

Les vestiges du donjon anglais, aujourd'hui.

On peut supposer que de nombreux autres travaux d'aménagement ont lieu pendant cette période, vu l'afflux de soldats et l'état de ruine dans lequel devait être la forteresse à l'arrivée des Anglais. La seule mention dans les textes concerne la chapelle «qui vient d'être restaurée» en septembre 1443.


Des troupes se rassemblent pour faire le siège de Gavray. Les historiens, qui parlent de Gavray, remarquent que les armées qui prétendent s’en emparer, commencent par occuper toute la contrée environnante et les lieux fortifiés avant de l’attaquer.
Le siège dure plusieurs jours sans que l’attaque ait fait des progrès tant le lieu est « haut et avantageux » pour la défense et courageusement tenu par les Anglais. Un émissaire est alors envoyé à Arthur de Richemont pour le presser d’accourir à l’aide des assiégeants. Un fort assaut, conduit avant son arrivée, causa la mort de nombreux Français, et se solda par la prise de quelques positions avancées. L’arrivée du Connétable, avec de nouvelles troupes, raviva les énergies et une attaque générale fut lancée sans beaucoup plus de succès que les précédentes à l’exception de la prise « du boulevard » première ligne de fortifications.

«  Néanmoins, messire Geoffroy de Couvran qui faisait le guet, mina la place et fit approche telles qu’icelui le dit Gavray fut assailli bien vaillamment, tellement que les Anglais, qui étaient 100 à 120 combattants, demandèrent à parler pour leur composition……..lesquels moyennant icelle eurent la permission de s’en aller eux et leurs biens…. »

Jacques de Luxembourg, lieutenant du Connétable pris la place de gouverneur aux lieu et place du sire de Trolopp qui avait été trente années capitaine-gouverneur du château de Gavray.
Quelques jours après la reddition du château de Gavray, le roi de France Charles VII faisait une entrée solennelle à Rouen, l’heure de la retraite était venue pour les Anglais. La guerre de Cent Ans s’achève et le château de Gavray ne devait plus avoir d’autres maîtres que les Français.

Le donjon de Saint-Sauveur le Vicomte, anglais lui aussi, mais antérieur à celui de Gavray
Emplacement présumé du "boulevard", première ligne de fortifications, à mi-pente de la colline, face au bourg de Gavray.

Précédent

THE CONFLICT BETWEEN THE FRENCH AND THE ENGLISH

The castle, which had been taken back by the French, found itself right up to 1450, at the heart of the confict between the French and the English.

By 1415, the French cavalry was crushed at Azincourt on October 25th.

In 1417, the English settled in Gavray as they had throughout the area. The castle now found itself in the front line facing the French, and large numbers of armed men were concentrated there.

The existing fortress was strengthened in 1439 by order of Lord Scales, the seneschal of Normandy, and a new keep was built in 1444: this was a huge square building the base of which can be seen today and which the digs made it possible to identify.

The capitulation of the castle in 1449 formed part of the campaign of recapture, led by the King of France, Charles VII: it was the work of the Constable of France, Arthur de Richemont.

In 1450, the Hundred Years War came to an end : Gavray Castle came back once and for all under French control.