Association de Sauvegarde du

CHATEAU DE GAVRAY

Nos projets

 

 

Certaines évolutions, une meilleure connaissance physique du site et les outrages du temps nous ont amené à revoir et à remettre en perspectives certains de nos projets pour privilégier ce que nous ait apparu comme essentiel

 

1 - Sauvegarde et valorisation du site :

L’état des vestiges du seul château ducal existant encore dans le département de la Manche soulève bien des inquiétudes quant à sa pérennité. Il y a des réalités que même un œil non averti peu percevoir immédiatement.
Le choix de laisser ces ruines comme simple but de promenade, sans surveillance et sans règle, nonobstant l’épreuve du temps, se révèle dans le cas présent le plus sûr moyen d’aider à leur dégradation, voir à leur disparition s’agissant de vestiges pour la plupart à fleur de terre.
Le noble choix, que ces châteaux en ruines le restent parce qu’ils sont des lieux de nature cristallisant les mythes originels de notre identité, indépendamment de leur utilité sociale fondamentale comme lieux de rencontres populaires, est largement remis en cause par les faits de ces dernières années.
La multiplication des incivilités conscientes ou non, des actes de vandalisme (5 plaintes déposées en 2 ans) a forgé notre conviction : la sauvegarde du château doit être une action prioritaire.
Parallèlement, un certain nombre de mesures permettrait de faciliter la compréhension des vestiges aux visiteurs non avertis renforçant ainsi l’intérêt de ce site.

Nos différents entretiens avec la municipalité de Gavray, propriétaire du site, nous ont amené à adresser, conjointement avec Monsieur le maire, un mémorandum au Président de la Communauté de communes « Coutances Mer et Bocage » dont Gavray fait partie.
Ce mémorandum de 23 pages propose :

- dans un premier temps, de mandater un organisme tel que le cabinet d’architecture, d’urbanisme et de l’environnement (c.a.u.e.), qui avait réalisé une étude de mise en valeur du site du château en août/septembre 1993 avec pour mission de :

            . valider, modifier ou amender certaines de nos propositions,
            . développer et structurer certaines autres propositions,
            . chiffrer ces propositions,
             . proposer un plan de réalisation.

dans un second temps, sur la base du rapport de cet organisme, établir un calendrier de réalisation et trouver les financements.

Ce document a été adressé :

-au conseiller départemental chargé du patrimoine,

-au vice-président de la CMB en charge de la culture et du patrimoine,

-à la présidente de l’EPIC (Offices de tourisme),

-à un conseiller régional,

-et, au député de la circonscription.

Une première réunion a été organisée à l’initiative de la CMB le 27 avril, réunion qui s’est conclue par la création d’un comité de pilotage comprenant :

-un membre du conseil départemental,

-deux membres de la CMB,

-le maire de Gavray,

-quatre membres de l’association,

et la décision de confier à l’association la rédaction d’un projet de cahier des charges.
Une seconde réunion a eu lieu le 30 mai, réunion à laquelle le c.a.u.e. a été invité, et à l’issue de laquelle il lui a été demandé de faire part au comité de ses réflexions sur les propositions de l’association.
Par mail en date du 27 novembre, le c.a.u.e. a proposé au comité, qui l’a accepté :

-un mode de réflexion,

-une réunion d’étape courant février.

2 – Entretien du site :

Sur le chemin d’accès au site :

-créer de nouveaux caniveaux plus importants pour évacuer les eaux de ruissellement sur la partie côté Bérence,

-dégager les bordures en ciment en remontant le revêtement gravillonné.

 
 

-Remettre en état l’escalier d’accès au site rue « Haute ville ».

-Amener le courant électrique au site.

3 – Classement du site :

Le château fait partie intégrante de l’histoire normande et ses vestiges sont les seuls existants des anciens châteaux ducaux du département de la Manche.
Eu égard au passé, la vulnérabilité de ses vestiges que l’on découvre à fleur de terre importe, pour préserver l’avenir, de les mettre à l’abri des vicissitudes de l’histoire.
En 2014, nous avons donc initié une démarche tendant à obtenir son classement en « Monument historique ».
Le 12 juin 2014, suite à la visite de Madame l’architecte des bâtiments de France, nous avons reçu un courrier de la Direction Régionale des Affaires Culturelles (DRAC) nous informant de la soumission de notre demande de protection à l’avis d’une prochaine délégation permanente de la commission régionale du patrimoine et des sites qui se prononcera sur l’opportunité de poursuivre la procédure.
En 2015 le 1er avril, la DRAC nous informait de l’avis favorable émis par la délégation à la poursuite de l’instruction, notre dossier devant être examiné lors d’une prochaine commission.
En 2016, la DRAC nous informait qu’elle reviendrait vers nous en 2017.
En 2017, pas de nouvelles, nous avons relancé.

 

Précédent