Association de Sauvegarde du

CHATEAU DE GAVRAY

L'ENTRÉE DU CHÂTEAU ET LA BARBACANE

Les visiteurs empruntent aujourd'hui un chemin qui les mène à une brèche dans le mur d'enceinte, après avoir contourné l'emplacement de la barbacane. Ce tracé n'est pas contemporain de l'occupation du site : il a été en bonne partie aménagé, à partir du XVII' siècle, par les démolisseurs et les récupérateurs de matériaux qui devaient pouvoir accéder facilement aux diverses constructions avec des bêtes de somme et des charrettes.

La configuration du terrain permet d'imaginer que la barbacane, visée dans un texte de 1203, se trouvait sur la plate-forme rocheuse qui domine l'actuel chemin et qu'un pont (sans doute un pont-levis) permettait d'enjamber le fossé, en partie comblé aujourd'hui, qui protégeait l'entrée fortifiée.
Pour accéder au château, il fallait donc traverser la barbacane, puis franchir un pont-levis et arriver ainsi à la tour qui protégeait l'entrée et a presque totalement disparu.
En montant sur la plate-forme qui portait la barbacane, on peut assez bien imaginer la puissante forteresse qu'était autrefois le château de Gavray.

L'emplacement de la barbacane vu de l'entrée du château. Le chemin d'accès au château avec, à droite,l'emplacement présumé de la barbacane, et, au fond, la brèche dans le mur marquant l'entrée du château.

Il faut imaginer, au lieu de la brèche dans la muraille à laquelle conduit directement le chemin, le point le plus fortifié de l'enceinte car c'était aussi le plus vulnérable.

Le reste du rempart, situé à l'aplomb de l'escarpement du rocher, était naturellement bien protégé. Le seul point faible était cet isthme étroit qui reliait l'éperon rocheux du château aux collines voisines.

« Un texte de 1203 fait état de la réparation du pont et de la construction d’une barbacane » Cet ouvrage avancé rond ou en demi-lune, était placé en tête de pont au-delà du fossé devant les portes  principales. Plus bas que les ouvrages principaux de façon à être toujours sous le tir des défenseurs, cette défense avancée avait pour rôle de contenir l’attaquant, de boucher l’axe de la porte principale en interdisant les assauts de face, de rassembler les troupes avant une sortie et accessoirement de prendre à revers par un tir flanquant les troupes qui se seraient aventurées dans le fossé ».
Jean sans Terre, devenu duc de Normandie et roi d'Angleterre après la mort de son frère Richard Coeur de Lion, sent, en effet, la nécessité de fortifier ses places car le roi de France, Philippe Auguste, s'apprête à conquérir la Normandie, ce qui sera fait en 1204.

  La barbacane et l'entrée du Château d'Arques, par Viollet-le-Duc.
 
Reconstitution possible de la barbacane de Gavray.
L'emplacement présumé de la barbacane : elle défendait l'entrée du château. La muraille sud du château, vue de la barbacane. C'est derrière le mur restauré que se dressait le donjon.

Précédent

THE ENTRANCE TO THE CASTLE AND ITS BARBICAN

Visitors today follow a path which leads them to a break in the perimeter wall after they have walked around the place where the barbican stood. This approach is not contemporary with the time when the site was occupied : it was in large measure formed from the 17th century onwards by those who came to demolish the buildings in order to salvage building materials.

This was the most heavily fortified part of the perimeter wall: to reach the castle it was necessary to get part the barbican, then a drawbridge and eventually to reach the tower which protected the entrance and which has now almost totally disappeared.