Association de Sauvegarde du

CHATEAU DE GAVRAY

Les origines du conflit

 

La Normandie n’est pas à l’origine du conflit, mais elle y joue un rôle important du fait, de sa situation géographique, de la nationalité des belligérants, rois français et anglais, de deux siècles de passé commun,
et enfin de sa richesse.
La guerre de Cent Ans s’inscrit dans une période de mutation importante. L’ordre féodal répond de moins en moins à l’évolution de la Société, des états puissants et modernes se concurrencent et s’affranchissent de plus en plus de la Papauté. Le développement des échanges sur l’Atlantique et la Manche amène l’Angleterre à tenter de construire autour de la Manche, la France, quant à elle, le fait autour de ses grands bassins fluviaux dont la Seine. La Normandie en devenant une région riche, devient un enjeu majeur entre les deux puissances.

Cette guerre a des origines de différentes natures : politique, démographique, économique, culturelle et sociale.
Les conflits familiaux de successions se multiplient. De 1204 à 1453, sept rois anglais, sur les neuf qui se succédent, ont épousé des princesses françaises, aucun des quatorze rois français n’a épousé de princesse anglaise.
Une succession de rois de France, sans grand relief,  conclue par Philippe VI, couronné par défaut, face à Edouard III d’Angleterre, petit fils de Philippe IV le Bel, vrai soldat, chef de guerre, n’ayant peur de rien, évincé de la succession de Charles IV sous un prétexte fallacieux. A dix sept ans, il réussit un coup d’état contre sa mère, Isabelle de France, qu’il fait enfermer au château de Rising dans le Norfolk. et son amant Roger Mortimer, qui est exécuté sur son ordre.
Les intrigues des uns et des autres pour faire passer la Normandie, la Guyenne, la Bretagne et les Flandres sous leur influence.

  Portrait de Philippe VI 
 

La population s’accroit du Xe au XIIIe siècle sans que, dans certaines régions d’Europe,  les capacités de productions agricoles le permettent. Les partages successoraux réduisent les parcelles, leur superficie moyenne en 1310 représente un tiers à celle de 1240. La population rurale s’appauvrit, les revenus fiscaux de la noblesse diminuent, la pression fiscale augmente provoquant de forte tension avec cette population, tension conjuguée à celle des villes où de nombreux paysans deviennent saisonniers pour des salaires de misère.
Le refroidissement climatique, qui a succédé à l’optimum médiéval, touche l’Europe à partir du XIIIe siècle. Il provoque de mauvaises récoltes qui, liées à la pression démographique entrainent des famines dans le nord de l’Europe.

 

 

Portrait d’Henri III   

L’Angleterre opte pour une économie reposant sur le commerce et certaines spécialisations, renonce à certaines ressources agricoles comme le vin et favorise le développement de l’élevage, principalement des ovins, permettant une production importante de laine utilisée par les tisserands et les drapiers. Il est vital pour elle d’étendre son influence sur des régions agricoles comme la Normandie.
Le financement de la guerre contre Philippe Auguste accroit la pression fiscale qui est, unanimement, combattue par les citadins et les propriétaires fonciers d’autant qu’ils voient Jean Sans Terre accumuler défaites et pertes territoriales. En 1215, il doit même concéder par une «  Grande Charte » aux villes la liberté et au Parlement anglais un pouvoir de contrôle sur la fiscalité.
Pour compenser la diminution de ses revenus, la noblesse, anglaise plus particulièrement, souhaite la guerre qui lui permettrait des rançons, le pillage et l’augmentation d’impôts justifiée par la guerre.
Le transport de fret, lié à l’essor du commerce, se fait essentiellement par voie maritime ou fluviale. La Normandie est le point d’union entre la France, qui alimente Paris par la Seine et ses affluents et la Manche, zone d’échanges en forte progression. Elle s’enrichit rapidement et devient grâce aux taxations une principale source de revenus du roi de France. L’Aquitaine, qui exporte son vin en Angleterre, la Bretagne son sel et les Flandres, qui importent la laine britannique, ont tout intérêt à se trouver dans la sphère d’influence de l’Angleterre.
En France, Philippe VI le Bel a besoin de renflouer les caisses de l’état et une guerre lui permettrait de lever des impôts exceptionnels.
L’agrégation de ces facteurs conduit à la guerre, elle durera 116 ans.

 
  Graphe évolution de la température dans l’hémisphère Nord depuis 2 000 ans

Précédent